Jours fériés et congés de fin d’année

Jours fériés et congés de fin d’année Avant que ne commence la mise en place du comité social et économique, qui débutera dans les jours à venir, dès que la nouvelle année commencera, arrivent des jours fériés qui viennent interroger quant aux congés de fin d’année que les salariés prennent. En effet, les jours fériés doivent-ils être comptés ou non dans le décompte des congés payés des salariés ?

Le décompte des congés

Le 25 décembre et le 1er janvier tombent des lundis cette année, ce qui vient poser la question annuelle de comment décompter correctement les jours de congés que prennent les salariés, notamment dans les entreprises où le lundi est généralement un jour travaillé.

Le Code du travail considère ces deux dates comme des jours fériés. A ce titre, ce qu’il faut prendre en compte, c’est la posture prise par l’entreprise face aux jours fériés. Sont-ils chômés ou sont-ils normalement travaillés ?

Si c’est un jour chômé

Si le 25 décembre et le 1er janvier sont des jours chômés dans l’entreprise, alors, c’est simple, ils ne sont pas comptabilisés dans les jours de congés que prennent vos salariés. Ainsi, si un salarié est en vacances du lundi 25 décembre 2017 au dimanche 31 décembre 2017 inclus, cela veut dire qu’il a posé 4 jours de congés dans la semaine : le mardi, le mercredi, le jeudi et le vendredi pour un salarié qui travaille habituellement du lundi au vendredi.

Cela correspond en fait à 4 jours ouvrés de congés payés et 5 jours ouvrables.

Si c’est un jour travaillé

Toutefois, si ces deux journées ne font pas l’objet d’un jour chômé dans votre entreprise, mais sont habituellement travaillées, sauf pour les salariés qui souhaitent s’absenter pour être en famille, le décompte est différent. Pour la même période posée que dans le paragraphe précédent, le salarié devra en plus poser son lundi et cela correspondra à 5 jours ouvrés et 6 jours ouvrables.

Ces deux exemples sont donnés pour des entreprises où les salariés travaillent du lundi au vendredi.

Les fêtes de fin d’année laisseront ensuite place à la mise en oeuvre graduelle du comité social et économique qui viendra remplacer les IRP actuelles au sein des entreprises concernées.